exalter

ÔĽŅ
exalter

exalter [ …õgzalte ] v. tr. <conjug. : 1>
‚ÄĘ Xe; lat. exaltare ¬ę √©lever ¬Ľ, au sens fig. du lat. eccl√©s., de ex- intensif et altus ¬ę haut ¬Ľ
1 ‚ô¶ Litt√©r. √Člever tr√®s haut par ses discours, ses enseignements; proposer √† l'admiration. ‚áí glorifier, magnifier. Exalter les m√©rites de qqn. ‚áí c√©l√©brer, 1. louer, vanter. ¬ę Les enfants ont toujours une tendance soit √† d√©pr√©cier, soit √† exalter leurs parents ¬Ľ (Proust). ‚áí admirer (cf. Porter aux nues).
2 ‚ô¶ (XVIIe) Chim. anc. Redoubler la vertu de (une substance), accro√ģtre l'activit√©, l'√©nergie de. ‚áí augmenter, renforcer. ¬ę il se trouve dans ce ballon une poudre solaire souverainement propre √† exalter le feu qui est en nous ¬Ľ (France).
‚ôĘ M√©d. Rendre plus actif (un agent pathog√®ne). Certaines conditions exaltent la virulence du microbe.
‚ôĘ Litt√©r. Rendre plus fort (une odeur, une sensation lumineuse, etc.). ‚áí rehausser. La ti√©deur de la pi√®ce exaltait le parfum des fleurs. ¬ę La nuit tombait, exaltant les lumi√®res ¬Ľ (A. Gide).
3 ‚ô¶ (Sujet chose) √Člever √† un haut degr√© de perfection. Vous supposez ¬ę que tout ce qui n'exalte pas l'homme jusqu'au s√©jour des b√©atitudes, le rabaisse n√©cessairement au niveau de la brute ¬Ľ (Senancour).
4 ‚ô¶ (fin XVIIIe) √Člever (un sentiment) √† un haut degr√© d'intensit√©. ‚áí animer, exciter, grandir. ¬ę cette fiert√© qu'exalte la pauvret√© chez les hommes d'√©lite ¬Ľ (Balzac).
5 ‚ô¶ √Člever (qqn) au-dessus de l'√©tat d'esprit ordinaire, √©chauffer son imagination, son besoin d'id√©al. ‚áí animer, √©lectriser, enflammer, enivrer, enthousiasmer, exciter, galvaniser, passionner, soulever, transporter. ¬ę les nouvelles, propag√©es par cette immense rumeur, exaltaient beaucoup la population parisienne ¬Ľ (Duhamel).
‚ôĘ Pronom. (r√©fl.) Elle s'exalte √† la pens√©e de ce grand projet. ¬ę on r√™ve, on fait des ch√Ęteaux en Espagne, on se cr√©e sa chim√®re; peu √† peu l'imagination s'exalte ¬Ľ (Laclos).
⊗ CONTR. Abaisser, décrier, dénigrer, déprécier, mépriser, rabaisser. Adoucir, attiédir, éteindre, refroidir; calmer.

‚óŹ exalter verbe transitif (latin exaltare, √©lever, de altus, haut) Faire de grands √©loges de quelqu'un, d'une action, d'une qualit√©, c√©l√©brer les m√©rites de quelqu'un : Exalter la beaut√© de la jeunesse. Inspirer √† quelqu'un de l'enthousiasme, l'enflammer, le transporter : Les grandes aventures l'avaient exalt√© dans sa jeunesse. Litt√©raire. Rendre un sentiment plus violent, plus fort : Son ingratitude exalta ma rancŇďur. Rendre une substance plus active, plus agissante : Exalter la virulence d'un microbe. ‚óŹ exalter (synonymes) verbe transitif (latin exaltare, √©lever, de altus, haut) Faire de grands √©loges de quelqu'un, d'une action, d'une qualit√©...
Synonymes :
- élever
Contraires :
- bl√Ęmer
- dénigrer
- déprécier
- mépriser
Inspirer à quelqu'un de l'enthousiasme, l'enflammer, le transporter
Synonymes :
- électriser
Contraires :
- abrutir (familier)
Littéraire. Rendre un sentiment plus violent, plus fort
Synonymes :
Contraires :
Rendre une substance plus active, plus agissante
Synonymes :

exalter
v. tr.
d1./d Litt. Louer hautement (une qualité, une personne). Exalter les vertus d'un saint. Exalter un homme illustre.
d2./d élever (l'esprit) par la passion, l'enthousiasme. Exalter l'imagination.
‚ÄĒ Par ext. Exalter son auditoire.
|| v. Pron. S'exalter facilement.

‚áíEXALTER, verbe trans.
I.‚ÄĒ [L'action reste ext√©rieure √† l'obj.]
A.‚ÄĒ Domaine spatial, peu fr√©q. Porter vers le haut (dans l'espace), √©lever tr√®s haut. Exalter haut. Et les Dieux, √† la proue h√©ro√Įque exalt√©s (VAL√ČRY, Alb. vers anc., 1900, p. 76). On l'a crucifi√© [saint Pierre] la t√™te en bas, vers le ciel sont exalt√©s les pieds apostoliques (CLAUDEL, Corona Benignitatis, 1915, p. 403).
‚ÄĒ Emploi pronom. passif. √ätre port√© vers le haut. Rossignol (...) Tout pr√®s du seringa jaillissant, dont la fleur S'exalte et luit ce soir aussi haut que votre arbre? (NOAILLES, √Čblouiss., 1907, p. 205). Nous remontions le Salat qui d√©valait √† grand bruit et s'exaltait par endroits contre d'√©normes barrages de rochers (ABELLIO, Pacifiques, 1946, p. 102).
‚ÄĒ P. m√©taph. Crucifier l'argent? Mais quoi! c'est l'exalter sur la potence, ainsi qu'un voleur; c'est le dresser, le mettre en haut, l'isoler du Pauvre (BLOY, Salut par Juifs, 1892, p. 51).
♦ Emploi pronom. passif :
‚ÄĘ 1. Plus les sens deviennent prodigues et faciles, plus l'amour se contient, s'appauvrit ou fait l'avare¬†: quelquefois il s'en d√©double nettement, et rompant tout lien avec eux, il se r√©fugie, se platonise et s'exalte sur un sommet inaccessible, tandis que les sens s'abandonnent dans la vall√©e aux courants √©pais des vapeurs grossi√®res.
SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 1, 1834, p. 63.
B.‚ÄĒ Au fig., domaine moral, en g√©n.
1. [Le compl. d'obj. dir. d√©signe une pers.] Porter quelqu'un √† un rang tr√®s haut (dans la hi√©rarchie des valeurs sociales ou individuelles). On a vu, √† des √©poques diff√©rentes, les cabales exalter Pradon et d√©nigrer Racine; s'√©lever contre l'antimoine et pr√©coniser le syst√®me de Law; poursuivre Voltaire et canoniser le diacre P√Ęris (JOUY, Hermite, t. 2, 1812, p. 193). Je vous sais gr√© d'exalter l'individu si rabaiss√© de nos jours par la d√©mocrasserie (FLAUB., Corresp., 1866, p. 88). La m√®re estime qu'elle s'est acquis des droits sacr√©s par le seul fait d'enfanter... En exaltant son fruit, c'est sa propre personne qu'elle porte aux nues (BEAUVOIR, Deux. sexe, t. 2, 1949, p. 410).
‚ÄĒ Emploi pronom. r√©fl., rare. Se glorifier soi-m√™me. Cette litt√©rature leur appara√ģt le mandataire de leur g√©n√©ration, en sorte qu'en l'exaltant ils s'exaltent eux-m√™mes; celui qui la ravale leur semble un ennemi personnel (BENDA, Fr. byz., 1945, p. 206).
2. [Le compl. d'obj. dir. d√©signe une chose, g√©n. abstr.] Rendre honneur √†, donner beaucoup d'importance, de valeur √†, louer. Je m'occupais (...) d'exalter l'inculture et d'en dresser l'apologie (GIDE, Immor., 1902, p. 418). Dans les salles d'attente de troisi√®me classe, les compagnies de chemins de fer ont cette d√©licatesse supr√™me d'exalter les vertus du cinzano au lieu de vanter les sites alpestres et m√©diterran√©ens (AYM√Č, Br√Ľlebois, 1926, p. 146). Saint Paul condamne la chair et exalte l'√©tat de virginit√© (GILSON, Espr. philos. m√©di√©v., t. 1, 1931, p. 111).
3. Domaine relig., rare (sans doute par r√©f. √† l'emploi I C de exaltation). √Člever en gloire, c√©l√©brer, pr√īner. Elle ne pourrait √™tre √† la fois sainte et r√©publicaine. Du jour o√Ļ Rome l'exalta sur les autels et dans sa hi√©rarchie canonique, Jeanne devint suspecte aux libres penseurs (BARR√ąS, Cahiers, t. 12, 1919-20, p. 163).
II.‚ÄĒ [L'action affecte l'obj. dans ses caract√®res propres]
A.‚ÄĒ Domaine mat√©riel, sensible. Porter (quelque chose) √† un tr√®s haut degr√© d'intensit√©, d√©velopper, mettre en valeur fortement ses qualit√©s essentielles. On a cherch√© √† acc√©l√©rer la pourriture des p√Ętes, et √† l'exalter m√™me, avec des eaux mar√©cageuses (Al. BRONGNIART, Arts c√©ram., t. 1, 1844, p. 117). La neige, demeur√©e sur les toits, exalte la lumi√®re et la lumi√®re exalte la chaux de la cellule qui semble plus blanche encore (H. BAZIN, L√®ve-toi, 1952, p. 141). La couleur (...) joue un r√īle plastique, dans la mesure o√Ļ elle sert √† souligner, √† qualifier les formes; elle joue un r√īle pictural d√®s l'instant o√Ļ elle devient solidaire de la p√Ęte pour exalter ses effets (HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p. 76)¬†:
‚ÄĘ 2. Ces parfums froids, flottant sur les jardins, apparaissaient dans toute la distinction de leurs d√©tails et de leurs composantes, exalt√©s contre la fra√ģche immobilit√© du cr√©puscule. Tout prenait une nettet√© repos√©e. Tout ce qu'on go√Ľtait se go√Ľtait mieux.
MAL√ąGUE, Augustin, t. 1, 1933, p. 83.
‚ÄĒ Emploi pronom. r√©fl. ou passif. Prendre une intensit√© accrue, √™tre nettement d√©gag√©. L'odeur du seringa s'exalte dans l'air chaud (JAMMES, Clairi√®res, 1906, p. 82). L'effet qu'il [un tableau] produit d√©pend du ton de la tenture sur laquelle il se d√©tache¬†: suivant qu'il appara√ģt sur un fond de tonalit√© chaude ou amortie, sa couleur s'exalte ou s'affadit (R√ČAU, Archives, bibl., 1909, p. 40). Sa voix [de Pierre] se hausse, s'exalte pour ne plus entendre le mart√®lement des pas et le bruit des tanks (SARTRE, Jeux sont faits, 1947, p. 167).
‚ÄĒ BIOL., PHYSIOL. [Le compl. d'obj. dir. d√©signe un (syst√®me d')organe(s), une fonction, une substance, etc.] Augmenter l'activit√©, intensifier les propri√©t√©s de Exalter l'√©nergie, la vie. Ils exaltent la sensibilit√© de cette partie, dont la peau (...) devient susceptible des plus vives impressions, et qui, fortement excit√©e par les frottements du co√Įt, exalte √† son tour la sensibilit√© des autres organes de la g√©n√©ration (CUVIER, Anat. comp., t. 5, 1805, p. 84). Ici la sensibilit√© propre de la fibre nerveuse n'est pas exalt√©e pour la perception des impressions les plus d√©licates; elle est plut√īt √©mouss√©e, affaiblie par des organes protecteurs (COURNOT, Fond. connaiss., 1851, p. 160). Qu'elles aient exalt√© la facult√© de cicatrisation, ou diminu√© l'action fr√©natrice du s√©rum (J. ROSTAND, La Vie et ses probl., 1939, p. 129).
‚ô¶ Emploi pronom. passif. Devenir plus actif, plus intense, plus virulent. L'appareil nutritif s'√©meut tout entier¬†: l'estomac devient sensible; les sucs gastriques s'exaltent (BRILLAT-SAV., Physiol. go√Ľt, 1825, p. 59). La virulence du virus rabique s'exalte quand on passe de lapin √† lapin, de cobaye √† cobaye. Lorsque la virulence est exalt√©e et fix√©e au maximum sur le lapin, elle passe exalt√©e sur le chien et elle s'y montre beaucoup plus intense que la virulence du virus rabique du chien ¬ę √† rage des rues¬†¬Ľ (PASTEUR, Travaux, 1884, p. 392).
B.‚ÄĒ Domaine moral, en g√©n.
1. [Le compl. d'obj. dir. désigne une pers.]
a) Domaine √©thique, relig., philos., pol., id√©ol. Inspirer des sentiments √©lev√©s, nobles; porter aux r√©flexions m√©taphysiques, aux grandes √©motions spirituelles, aux opinions extr√™mes; d√©velopper l'ardeur √† convaincre, combattre. Cette continence qu'on vous impose, √† vous autres pr√™tres, influence votre vision du monde, l'exalte et la spiritualise (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 73). C'est vous qui avez exalt√© les courages, sanctifi√© l'effort, ciment√© les r√©solutions. Vous f√Ľtes les inspirateurs de tous ceux et de toutes celles qui ont triomph√© du d√©sespoir et lutt√© pour la patrie (DE GAULLE, M√©m. guerre, 1959, p. 501).
‚ÄĒ Emploi pronom. passif. Devenir sup√©rieur, se perfectionner, se quintessencier, etc. J'ai retrouv√© l'instinct animal pour qu'il s'exalte et s'ennoblisse et qu'il devienne enthousiasme. J'ai gagn√© les r√©gions sup√©rieures encha√ģn√© dans la grappe humaine (BARR√ąS, Cahiers, t. 6, 1907-08, p. 230).
‚ÄĒ P√©j. Rendre fanatique; faire d√©passer la mesure. Foi que, sans interruption aussi, les proph√®tes avaient exalt√©e en eux et port√©e √† un haut degr√© de fanatisme (P. LEROUX, Humanit√©, t. 2, 1840, p. 732). Natacha est victime des mauvais livres qui ont exalt√© la cervelle de tous ces pauvres enfants r√©volt√©s (...) elle divague, et je me suis dit plus d'une fois qu'avec des id√©es pareilles sa place n'√©tait point dans notre salon, mais derri√®re une barricade (G. LEROUX, Roul. tsar, 1912, p. 39).
b) Domaine affectif, intellectuel, artistique. Inspirer des idées, des impressions, des sentiments très vifs; porter à un très haut degré d'émotion sentimentale, d'activité mentale. Exalter l'imagination, l'orgueil, la personnalité, les sentiments; l'amour, la solitude exalte. Ses premiers effets [de l'opium] sont toujours de stimuler et d'exalter l'homme, cette élévation de l'esprit ne durant jamais moins de huit heures (BAUDEL., Paradis artif., 1860, p. 412). L'enfant n'est plus exalté par des récits de bataille, mais n'est remué, intéressé que par des livres de science (GONCOURT, Journal, 1884, p. 380). La rencontre d'une femme, aimée autrefois, l'exalte et le bouleverse jusqu'à l'affoler (BOURGET, Nouv. Essais psychol., 1885, p. 225) :
‚ÄĘ 3. La passion peut exalter notre √Ęme au point de nous faire croire qu'elle a la puissance de nous rendre immortels.
L'amour est sans contredit ce qui donne le plus d'exaltation √† l'√Ęme¬†: c'est une seconde cr√©ation.
CH√äNEDOLL√Č, Journal, 1807, p. 18.
‚ÄĒ Emploi pronom. r√©fl. ou passif. Devenir plus ardent, plus passionn√©. Tu t'exaltes et tu ne raisonnes pas (GOBINEAU, Pl√©iades, 1874, p. 279). Si jadis je m'√©tais exalt√© en croyant voir du myst√®re dans les yeux d'Albertine, maintenant je n'√©tais heureux que dans les moments o√Ļ de ces yeux (...) je parvenais √† expulser tout myst√®re (PROUST, Prisonn., 1922, p. 75). Une passion √† son sommet s'exalte des plus grands obstacles. √Ä son d√©clin, le plus petit obstacle la fait fl√©chir et douter (FAURE, Espr. formes, 1927, p. 135).
‚ÄĒ Emploi pronom. r√©ciproque. Se communiquer mutuellement une plus grande ardeur. Cette vie toute passionn√©e et id√©ale, o√Ļ l'amour et la po√©sie se confondent, s'exaltent et se ravivent l'une de l'autre (FLAUB., 1re √Čduc. sent., 1845, p. 22).
‚ÄĒ PSYCHOPATHOL. Surexciter l'activit√© psychique de fa√ßon morbide. L'affection m√©lancolique (...) o√Ļ l'esprit et l'imagination, dont la sensibilit√© est singuli√®rement augment√©e et exalt√©e, sont encore plus malades que le corps (GEOFFROY, M√©d. prat., 1800, p. 485).
‚ô¶ Emploi pronom. passif. √ätre affect√© d'une surexcitation morbide. Son amour s'exalta, il devint fou, et parla de se br√Ľler la cervelle (STENDHAL, Chartreuse, 1839, p. 21). Cette imagination d'homme du nord, triste et r√™veuse (...) s'exalta peu √† peu jusqu'au d√©lire; il fut obs√©d√© par des pens√©es de mort violente (THIERRY, R√©cits m√©rov., t. 1, 1840, p. 127).
2. [Le compl. d'obj. dir. désigne un aspect du comportement humain] Donner plus de vivacité à l'expression. L'effort de sa posture scabreuse et peut-être aussi la peur des blessures faisaient affluer sous ses joues un sang chaleureux et foncé qui exaltait encore l'éclat de ses yeux ouverts (, Aphrodite, 1896, p. 144).
‚ÄĒ Emploi pronom. r√©fl. S'exprimer avec une force, une violence accrue. Ils voyaient rouge, ils s'exaltaient jusqu'√† la rage. C'√©taient des sc√®nes atroces, des √©touffements, des coups, des cris ignobles, des brutalit√©s honteuses. D'ordinaire, Th√©r√®se et Laurent s'exasp√©raient ainsi apr√®s le repas (ZOLA, Th. Raquin, 1867, p. 191).
Rem. La docum. atteste a) Exaltable, adj., rare. Qui peut s'exalter. L'essentiel, pour faire la conqu√™te d'une Italienne, c'est d'avoir l'√Ęme exaltable (STENDHAL, Prom. ds Rome, t. 1, 1829, p. 78). b) Exaltateur, subst. masc. Personne qui exalte. Il fut un magnifique exaltateur, un cr√©ateur d'√©nergies fran√ßaises (BARR√ąS, Sc√®nes et doctr., t. 1, 1902, p. 243). Les h√©ros aussi servent de mod√®les et d'exaltateurs. Tous communiquent √† l'homme une force (ID., Cahiers, t. 11, 1914-18, p. 329). c) Exaltatif, ive, adj. Qui exalte. Les chutes s'effritent en ruines Qui s'illuminent En obs√®ques exaltatives (VERHAEREN, Villes tentac., 1895, p. 160).
Prononc. et Orth.¬†:[] ou [e-], (j')exalte [] ou [e-]. Cf. √©-1. Ds Ac. 1694-1932. √Čtymol. et Hist. 1. Xe s. ¬ę √©lever (en m√©rite, en dignit√©), glorifier¬†¬Ľ (St L√©ger, √©d. J. Linskill, 45); 2. 1680 chim. anc. (RICH.¬†: Exalter. Ce mot se dit en Chimie. D√©pouiller de toutes choses impures); 3. 1770 ¬ę √©lever √† un haut degr√© d'intensit√© (un sentiment)¬†¬Ľ (RAYNAL, Hist. phil., V, 1 ds LITTR√Č). Empr. au lat. class. exaltare ¬ę exhausser, √©lever, honorer¬†¬Ľ (cf. exaltation). Fr√©q. abs. litt√©r.¬†:1 280. Fr√©q. rel. litt√©r.¬†:XIXe s. a) 1 320, b) 1 063; XXe s.¬†: a) 2 523, b) 2 229. Bbg. GOHIN 1903, p. 344.

exalter [ɛgzalte] v. tr.
√ČTYM. Xe; lat. exaltare ¬ę √©lever ¬Ľ, au sens fig. du lat. eccl√©s., de ex- intensif, et altus ¬ę haut, √©lev√© ¬Ľ.
‚ĚĖ
1 Litt√©r. √Člever, porter tr√®s haut par ses discours, par ses enseignements, proposer √† l'admiration. ‚áí Glorifier, magnifier. || Exalter les m√©rites de qqn. ‚áí Louer, vanter. || Ce romancier, ce roman exalte la passion, la volupt√©. ‚áí Aur√©ole. || La doctrine du Christ exalte les humbles. || Hom√®re exalte la gloire d'Achille. ‚áí C√©l√©brer, chanter. || Exaltons les bienfaits, le nom du Seigneur. ‚áí B√©nir. || Celui qu'ils exaltent entre tous. ‚áí Pavois (mettre sur le pavois). || De tous c√īt√©s, on l'encense, on l'exalte. ‚áí Admirer (cit.¬†8); √©lever, porter (√©lever jusqu'aux nues, porter aux nues). ‚Üí Emboucher, cit.¬†3. || Ils l'exaltent au point d'en faire un dieu. ‚áí D√©ifier, diviniser.
1 De tout mon cŇďur (je) t'exalterai
Seigneur (…)
Clément Marot, Psaumes de David, IX.
2 S'il (Dieu) les exalte (les humbles), ce n'est point tant eux qu'il exalte, que ses dons qu'il exalte en eux, qu'il magnifie et qu'il canonise en eux (…)
Bourdaloue, Panégyrique de St François de Paule, II.
3 (…) en quelque ode insipide,
T'exalter aux dépens et de Mars et d'Alcide (…)
Boileau, √Čp√ģtres, I.
4 Tout grand poète, tout grand romancier a son cortège d'admirateurs, et surtout de femmes, qui l'exaltent, qui l'entourent (…)
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 29 avr. 1850, t. II, p. 63.
5 Le défunt n'eut pas à se plaindre. Oh ! il fut royalement traité, louangé comme un mort de grande marque : vingt minutes on le couvrit de gloire, on exalta son tact exquis, le désintéressement de son zèle.
Courteline, Messieurs les ronds-de-cuir, VIe tableau, II.
6 (‚Ķ) c'est toujours le cŇďur qu'il exalte (Pascal), et la raison qu'il humilie.
Andr√© Suar√®s, Trois hommes, ¬ę Pascal ¬Ľ, p.¬†28.
♦ Exalter qqn, qqch. à ses propres yeux : se faire une idée trop élevée de qqn, qqch. || Les enfants ont tendance soit à déprécier (cit. 5), soit à exalter leurs parents.
2 (XVIIe). Anc. chim. Redoubler la vertu de (une substance), accro√ģtre l'activit√©, l'√©nergie de. ‚áí Augmenter, renforcer. || Exalter une substance en la purifiant.
7 Les Chymistes (chimistes) et les Fous, qui se disent amateurs des sciences secrètes, aiment fort le terme d'exalter, parce qu'il a plus d'emphase, et ils s'en servent à tout propos. Celui qui a imité leur langage, dans la pensée de les rendre ridicules, leur fait dire : Si l'on veut recouvrer l'empire sur les Salamandres, il faut purifier et exalter l'élément du feu qui est en nous, etc…
Dict. de Trévoux, éd. 1771, art. Exalter.
8 Sachez donc qu'il se trouve dans ce ballon une poudre solaire souverainement propre à exalter le feu qui est en nous. Et l'effet de cette exaltation ne se fait guère attendre. Il consiste en une subtilité des sens qui nous permet de voir et de toucher les figures aériennes flottant autour de nous.
France, la R√ītisserie de la reine P√©dauque, XV, Ňí., t.¬†VIII,¬†p.¬†131.
♦ Méd. Rendre plus actif (un agent pathogène). || Exalter la virulence d'un germe. || Certaines influences exaltent la virulence du microbe.
9 Qu'aurait-ce √©t√© si le venin (de cette maladie) e√Ľt √©t√© un peu plus exalt√©¬†? et il le serait devenu sans doute, si l'on n'avait √©t√© assez heureux pour trouver un rem√®de aussi puissant que celui qu'on a d√©couvert.
Montesquieu, Lettres persanes, CXIV.
10 La bile du natif de Saint-Malo en fut encore plus exaltée (…)
Voltaire, Facéties, Diatr. docteur Akakia.
11 Elle avait pour maxime que, lorsque dans le monde on entendait dire du mal de ses amis, il ne fallait jamais prendre vivement leur défense et tenir tête au médisant; car c'était le moyen d'irriter la vipère et d'en exalter le venin (…)
Marmontel, Mémoires, VI.
‚ô¶ Rendre plus agissant. || ¬ę Exalter les propri√©t√©s d'un m√©dicament ¬Ľ (Littr√©). ‚ÄĒ Techn. || Exalter une note dans la composition d'un parfum. Par ext. ‚áí Exciter, fortifier, stimuler. || ¬ę Exalter les fonctions du foie ¬Ľ (Littr√©). || L'air pur exalte les forces. ‚áí Vivifier.
♦ Littér. Rendre plus fort (le compl. désigne une odeur, un parfum, la lumière…). → Divette, cit. 1. || La tiédeur de la pièce exaltait le parfum des fleurs. ⇒ Exhaler (faire exhaler). || Le bleu exalte le jaune et réciproquement. ⇒ Rehausser, relever, ressortir (faire).
12 Il y eut d'abord le printemps qui rajeunit et dilata la pestilence, puis l'été qui la fit bouillir et l'exalta.
Léon Bloy, la Femme pauvre, p. 233.
3 √Člever √† un haut degr√© de perfection. ‚áí Am√©liorer, d√©velopper, perfectionner. || Exalter les vertus (‚Üí Auto, cit.¬†2). || Exalter l'homme, l'√©lever au-dessus de lui-m√™me. || Une civilisation doit exalter l'homme, assurer son √©panouissement. ‚áí Hausser (‚Üí CŇďur, cit.¬†169).
12.1 (…) vous supposez toujours que tout ce qui n'est pas surnaturel est vil, que tout ce qui n'exalte pas l'homme jusqu'au séjour des béatitudes, le rabaisse nécessairement au niveau de la brute (…)
√Č.¬†de Senancour, Oberman, t.¬†I,¬†p.¬†218.
4 (Fin XVIIIe). √Člever (un sentiment) √† un haut degr√© d'intensit√©. || Exalter l'audace (‚Üí D√©cision, cit.¬†9), le courage de qqn. ‚áí Animer, exciter, grandir. || Ses succ√®s ont exalt√© son orgueil. ‚áí Enfler. || Exalter un enthousiasme, un moral abattu. ‚áí Ranimer, raviver, r√©chauffer, relever, remonter, r√©veiller. || Le calme et la paix exaltaient ce go√Ľt natif (‚Üí Bruit, cit.¬†4).
13 Contrarier ouvertement les grands sentiments est un moyen s√Ľr de les rendre opini√Ętres et de les exalter.
Mme de Genlis, Mlle de Lafayette, p. 153, in Pougens.
14 Des cŇďurs (des Allemands) br√Ľlant d'une haine patriotique (en 1812, contre les Fran√ßais), exalt√©s jusqu'au fanatisme par la mysticit√©.
Ph. P. Ségur, Hist. de Napoléon, XII, VII.
15 D'ailleurs Athanase avait cette fierté qu'exalte la pauvreté chez les hommes d'élite, qui les grandit pendant leur lutte avec les hommes et les choses, mais qui, dès l'abord de la vie, fait obstacle à leur avènement.
Balzac, la Vieille Fille, Pl., t. IV, p. 236.
16 Nous avons cru que la virtuosit√© des √Ęmes basses pouvait aider au triomphe des causes nobles, que l'√©go√Įsme habile pouvait exalter l'esprit de sacrifice, que la s√©cheresse de cŇďur pouvait, par le vent des discours, fonder la fraternit√© ou l'amour.
Saint-Exupéry, Pilote de guerre, p. 202.
5 √Člever (qqn) au-dessus de l'√©tat ordinaire, √©chauffer son imagination, son besoin d'id√©al. ‚áí Animer, chauffer (√† blanc), √©chauffer, √©lectriser, emballer, √©mouvoir, enflammer; enivrer, enfi√©vrer, enthousiasmer, exciter, fanatiser, galvaniser, griser, passionner, soulever, transporter. || Un √©lan qui exalte les √Ęmes (‚Üí Ardeur, cit.¬†37). || L'orateur exaltait son auditoire.
17 La croisade religieuse n'en fut pas moins prêchée dans les églises. Les vicaires généraux exaltèrent encore le peuple, en faisant faire, pour le salut de la religion, des prières de Quarante-Heures.
Michelet, Hist. de la Révolution franç., t. II, p. 113.
18 Vraies ou fausses, les nouvelles, propagées par cette immense rumeur, exaltaient beaucoup la population parisienne (…)
G. Duhamel, Cri des profondeurs, X, p. 185.
♦ Absolument :
19 Alors, s'exaltant pour exalter : Eh quoi ! c'est vous, ajoute-t-il, que cette pensée n'enflamme point ?
Ph. P. Ségur, Hist. de Napoléon, VIII, IX.
‚ÄĒ‚ÄĒ‚ÄĒ‚ÄĒ‚ÄĒ‚ÄĒ
s'exalter v. pron.
1 Littér., didact. Devenir plus virulent; plus intense, plus fort.
20 L'odeur du seringa s'exalte dans l'air chaud.
Francis Jammes, Clairières, p. 82, in T. L. F.
21 (…) c'est dans un fond de basse-fosse qu'il faut confiner les reptiles; on doit les faire mourir à l'ombre, autrement leur venin s'exalte et devient plus dangereux.
Stendhal, le Rouge et le Noir, II, IV.
22 Lorsqu'une bactérie pathogène est repiquée en série sur des animaux réceptifs, sa virulence s'exalte (…)
Poiré, Dict. des sciences, Exaltation de virulence.
2 Esprit, imagination, cŇďur qui s'exalte (‚Üí Absence, cit.¬†10). || Orateur, amoureux qui s'exalte. ‚ÄĒ R√©cipr. || Les deux orateurs se sont exalt√©s l'un l'autre.
23 Malheureusement, quand les journ√©es sont si longues, et qu'on est d√©soccup√©, on r√™ve, on fait des ch√Ęteaux en Espagne, on se cr√©e sa chim√®re; peu √† peu l'imagination s'exalte¬†(‚Ķ)
Laclos, les Liaisons dangereuses, Lettre CXVIII.
24 S'enfermant alors dans l'atelier, il s'exalta devant le portrait (…)
Maupassant, Fort comme la mort, p. 43.
‚ÄĒ‚ÄĒ‚ÄĒ‚ÄĒ‚ÄĒ‚ÄĒ
exalté, ée p. p. adj. et n.
√ČTYM. (XVIIIe; gloire exalt√©e, 1656).
1 Qui est devenu très intense, très actif. || Enthousiasme exalté. ⇒ Délirant. || Imagination exaltée. ⇒ Surexcité (→ Coquille, cit. 2).
2 (Personnes). Qui est dans un état d'exaltation ou porté à l'exaltation. || Il est trop exalté. || C'est un tempérament, un esprit exalté. ⇒ Ardent, enthousiaste, passionné. || Tête exaltée (→ Dramatiser, cit. 1).
♦ Par ext. Qui traduit des sentiments exaltés. || Tenir des propos exaltés. || Air exalté.
25 Fénelon n'était point hypocrite, il a été de bonne foi martyr de ses systèmes; c'était ce qu'on appelle aujourd'hui un esprit exalté. Ce mot est devenu à la mode pour exprimer l'enthousiasme.
Mme du Deffand, in Lafaye.
26 Il lève les yeux au ciel et déchire lentement ses poèmes, dans l'attitude grave et exaltée d'un homme qui fait un sacrifice solennel.
A. de Vigny, Chatterton, III, 7.
27 Plus tard, je le trouvai passé à des idées politiques très exaltées (…)
Renan, Souvenirs d'enfance…, III, III.
28 (En Toscane) o√Ļ les hommes de la Renaissance ont jet√© des chefs-d'Ňďuvre √† pleines mains, on se demande avec stupeur ce que fut l'√Ęme exalt√©e et f√©conde, ivre de beaut√©, follement cr√©atrice, de ces g√©n√©rations secou√©es par un d√©lire artiste.
Maupassant, la Vie errante, p. 49.
‚ô¶ N. || Un exalt√©, une exalt√©e. || Cet attentat est le fait de quelques exalt√©s. ‚áí Br√Ľl√© (cerveau br√Ľl√©, t√™te br√Ľl√©e), √©nergum√®ne, fanatique, fou, furieux.
29 Je suis croyante, moi. N'allez pas me prendre pour une exaltée, une mystique (…)
J. Green, Adrienne Mesurat, p. 147.
‚ĚĖ
CONTR. Abaisser, avilir, bafouer, bl√Ęmer, censurer, confondre, d√©crier, d√©nigrer, d√©pr√©cier, d√©shonorer, diffamer, m√©priser, rabaisser, ravaler. ‚ÄĒ Amortir, assoupir, atti√©dir, att√©nuer, d√©primer, endormir, √©teindre, refroidir. ‚ÄĒ (Du p.¬†p.) Calme, doux, flegmatique, froid, impassible, paisible.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • exalter ‚ÄĒ Exalter. v. act. Lo√ľer, priser, vanter, √©lever, On ne peut trop exalter son merite, exalter son nom, exalter quelqu un, exalter les bien faits receus. louer Dieu. exalter son saint Nom. En termes de Chymie, Il sign. Elever, redoubler la vertu d… ‚Ķ   Dictionnaire de l'Acad√©mie fran√ßaise

  • exalter ‚ÄĒ Exalter, Magnificare, Exaltare. Exalter et hautement lo√ľer quelque chose, Exaggerare. Exalter jusques au ciel, Attollere in coelum quempiam ‚Ķ   Thresor de la langue fran√ßoyse

  • Exalter ‚ÄĒ Ex*alt er, n. One who exalts or raises to dignity. [1913 Webster] ‚Ķ   The Collaborative International Dictionary of English

  • exalter ‚ÄĒ (√® gzal t√©) v. a. 1¬į¬†¬†¬†√Člever tr√®s haut, louer, vanter beaucoup. Exalter le m√©rite d une action. ‚Äʬ†¬†¬†Ils exaltaient la taille et la valeur des Allemands, D ABLANCOURT C√©sar, liv. I, dans RICHELET. ‚Äʬ†¬†¬†Pour sauver du m√©pris ma constance abattue,… ‚Ķ   Dictionnaire de la Langue Fran√ßaise d'√Čmile Littr√©

  • EXALTER ‚ÄĒ v. a. Louer, vanter beaucoup. On ne peut trop exalter le m√©rite de cet √©crivain. Exalter son nom. Exalter quelqu un. Exalter les bienfaits re√ßus. Louer Dieu, exalter son saint nom. ¬† Il signifiait aussi, dans l ancienne Chimie, Augmenter,… ‚Ķ   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • EXALTER ‚ÄĒ v. tr. √©lever tr√®s haut par des louanges. On ne peut trop exalter le m√©rite de cet √©crivain. Exalter les bienfaits re√ßus. Louer Dieu, exalter son nom. Il signifie encore, figur√©ment √©lever jusqu‚Äô√† l‚Äôenthousiasme. La lecture des grands po√®tes… ‚Ķ   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • exalter ‚ÄĒ noun see exalt ‚Ķ   New Collegiate Dictionary

  • exalter ‚ÄĒ See exalt. * * * ‚Ķ   Universalium

  • exalter ‚ÄĒ noun Someone who exalts ‚Ķ   Wiktionary

  • exalter ‚ÄĒ ex¬∑alt¬∑er ‚Ķ   English syllables


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.